Supplément de photos anciennes sur les familles Cabannes, Fabry et Moitessier

Avec les informations certaines et les hypothèses sur les personnes photographiées.

 

ligne 1


Albert Cabannes (c. 1887, c. 1970), frère de Jean Cabannes, le physicien. Albert fit une carrière de juriste. Il fut juge à Rouen. On le voit ici avec sa première femme, Jeanne. Ils eurent un fils, Pierre (1920, c. 1945). Après son veuvage, Albert se remaria vers 1948 avec Madeleine Fabry (c. 1899, c. 1976), la petite soeur de Marie Fabry-Cabannes (1893, 1976)

Dans ces notes, pour les femmes qui se sont mariées, le nom de jeune fille est toujours en premier, suivi du nom du mari en second.


Albert Moitessier (1833, 1889) et sa famille.

Il était le doyen de la faculté de Médecine de Montpellier.

Eugène Fabry a épousé sa fille aînée, Jeanne Moitessier.


Alexandre-Christophe Mermet (né en 1807 ou 1808, mort en 1876), professeur de physique à Marseille. Etudia à Normale Sup. Epousa Justine Lagarde, qui était de Pau, où Mermet enseigna en début de carrière.

Mermet connut à Marseille les frères Fabry, dont il eut certains peut-être comme élèves, et Antoine Cabannes. C'est le lien vraisemblable entre les trois familles.

Note généalogique Mermet


Alexandre-Christophe Mermet, professeur de physique à Marseille


Antoine Cabannes (1844, 1912), économe de lycée, père de Jean, le physicien, Albert et Lisette (morte jeune).

Fils de Jean Cabannes (5 janvier 1804, 2 mars 1880), boulanger et Jeanne-Marie Pédéguiraute (8.12.1812 à Tarbes, 19.4.1873), elle-même fille de Bernard Pedeguiraute, cabaretier, et Marie Lestrade.

Note généalogique Cabannes


ligne 2

Antoine Cabannes


Antoine Cabannes


Antoine Cabannes

Antoine Cabannes


Col de la Vanoise


ligne 3


Eugène Fabry (1856, 1944)

C'est l'un des "cinq frères Fabry". Ce sont Auguste, Eugène, Louis, Charles et Pierre.

Page généalogique Fabry


Marie Estrangin, mère des cinq frères Fabry, Auguste, Eugène, Louis, Charles et Pierre


à droite, Henri, François et Daniel, et leur père Jean Cabannes, le physicien (1885, 1959)

photo c. 1930


La légende dit "Laurence Mermet"

c'est-à-dire Laurence Mermet-Jourdan (1839, 1929), fille d'Alexandre Mermet, femme d'Émile Jourdan, connue dans la famille Cabannes sous le nom de Gran-Gran

Il s'agit plutôt de la mère de Laurence Mermet, c'est-à-dire Justine Lagarde, femme d'Alexandre Mermet.


Marie Jourdan-Cabannes, fille de Gran-Gran,

Marie Jourdan-Cabannes était la femme d'Antoine Cabannes, et la mère de Jean le physicien


ligne 4


Un Cabannes mal identifié.

Hypothèse 1 : Peut-être le frère aîné d'Antoine. Ce serait alors Joseph (27 octobre 1835, 1916 Bernadets), boulanger à Tarbes.

Hypothèse 2 : Peut-être aussi le père de Joseph, Marie-Bernarde et Antoine. Ce serait alors Jean Cabannes (5 janvier 1804, 2 mars 1880), boulanger à Tarbes. Et cela collerait avec la légende.

L'homme a mettons 50 ans. Dans le premier cas la photo est de 1885; dans le second cas d'environ 1860.


Jeanne Moitessier (1862, 1933), mère de Marie Fabry-Cabannes (1893, 1976)

Jeanne Moitessier-Fabry était la fille d'Albert Moitessier (1833, 1889), doyen de la faculté de médecine de Montpellier.

On lui a présenté Eugène quand celui-ci a été nommé professeur de mathématiques à Montpellier.

Note généalogique Moitessier


Henri, Madeleine, Lisette, la mère des trois enfants (Marie Fabry-Cabannes), et Daniel.

photo circa 1927


Tableau représentant Antoine Cabannes


Lisette, Henri, Daniel (ne pas confondre cette Lisette, ma tante, avec la Lisette de la ligne 6, col 2, soeur de Jean et Albert)

Jean était malheureux d'avoir perdu sa soeur Lisette, alors il imposa à sa femme Marie que leur fille s'appelle Lisette (prénom que Marie n'aimait pas).


ligne 5


"Les jeunes Mermet" (non identifiés)

Il s'agit d'une photo dans le style des années 1880-1900.


verso de la photo à gauche


à droite Anna Cabannes-Lagardère (mère de Jean et Marie Lagardère), à gauche c'est peut-être sa grande cousine Joséphine (à ne pas confondre avec sa petite soeur, tante Bepa)

Note généalogique Cabannes


Marie et Jean Lagardère (Jean était le parrain de François Cabannes (1928, c. 1995)

verso de la photo précédente

ligne 6

Anna et Joséphine Cabannes (voir généalogie cabannes pour détails)

Lisette Cabannes, soeur de Jean et Albert (morte jeune)

Marie et Jean Lagardère (on peut les voir plus âgés en 1928 au baptême de François Cabannes)


Jean Lagardère

C'était le parrain de François Cabannes. La marraine était Madeleine Fabry.


Marie Jourdan-Cabannes, fille de Gran-Gran, mère de Jean, Albert et Lisette

ligne 7


La photo étant d'un studio à Tunis, c'est sans doute Germaine Fabry-Cormier, fille d'Auguste Fabry (1855, 1927)

Auguste Fabry, l'aîné des "cinq frères Fabry", né en 1855, était juriste, et a fait une partie de sa carrière à Tunis.


verso de la précédente

?

?

verso de la précédente

ligne 8

à gauche, Marie Jourdan-Cabannes, à droite, sans doute la même


Eugène Fabry (un chapeau haut de forme à la main); Jean Cabannes (5e adulte depuis la gauche); la fille d'Eugène, Marie, à gauche de l'homme au bicorne. Années 30.

La femme au bras d'Eugène pourrait être sa femme Jeanne (morte c. 1933) mais on ne la reconnaît pas.


Albert Cabannes (c. 1887, c. 1970), âgé d'environ 30 ans. Il fit une carrière de juriste.

Anna Cabannes-Lagardère à droite

quatre inconnus

ligne 9

????


en bas à gauche, le Cabannes photographié à Lima vers 1875 (voir ligne 10, col 5)

sans doute Jamet, le beau-frère de Gran-Gran


????

????


- en haut à droite, sans doute le même Cabannes qu'à Lima.
- en haut à gauche peut-être sa mère? (ce serait aussi la mère d'Antoine)
- en bas à gauche le même;
- en bas à droite, sans doute Marie-Bernarde jeune.

Et le Cabannes de Lima serait le frère aîné d'Antoine (voir généalogie cabannes pour détails)


ligne 10

Hypothèse : Joseph (27 octobre 1835, 1916 Bernadets), frère aîné d'Antoine (père du physicien)

Hypothèse : Jeanne-Marie Pédéguiraute (8.12.1812 à Tarbes, 19.4.1873), femme de Jean le boulanger ((5 janvier 1804, 2 mars 1880), mère de Joseph, Marie-Bernarde et Antoine


Hypothèse : Joseph (1835, 1916) vers vingt ans en 1855.

Note pour vous qui regardez ces photos: mettez des légendes sur toutes vos photos.


Hypothèse : Marie-Bernarde (6 novembre 1838, 1915 Bernadets), appelée Maria. Soeur d'Antoine

Hypothèse : Joseph, le frère aîné d'Antoine, serait allé à Lima quand il avait entre 30 et 40 ans.

ligne 11

La cousine un peu plus grande qu'Anna Cabannes-Lagardère

Photo prise à San Francisco d'une femme, avec des traits indiens d'Amérique, liée certainement aux frères Cabannes de SF


L'un des deux frères (Jean ou Joseph) qui sont allés à SF à la fin des années 1850.

Note généalogique Cabannes

On trouve Jean et Joseph dans l'annuaire de San Francisco de 1859

Détail de la page dans l'annuaire


?

noter qu'il s'agit d'une photo prise par un studio de SF


????

ligne 12


un violoniste, clairement proche de la famille

Jamet peut-être ?


????


????


????

??

ligne 13

??


???

4e image: cathédrale de Sens


Marie-Bernarde ?
un bébé inconnu
et Marie-Anne (14 décembre 1873, 1er décembre 1960 Bernadets), la cousine germaine, Anna, de Jean le physicien

Hypothèse : Marie-Bernarde jeune

? (cela pourrait être tante Bepa bébé, la petite soeur d'Anna)

ligne 14

Marie-Anne (14 décembre 1873, 1er décembre 1960 Bernadets), la cousine germaine, Anna, de Jean le physicien

???? (en haut tante Bepa ?)


Hypothèse 1 : en haut à droite, Joseph (1835, 1916) le frère aîné d'Antoine; en haut à gauche, sa femme Marie-Rose Lamon (1831-1912). Les deux photographiés vers 1885.

Hypothèse 2 : en haut, ce sont à droite Jean Cabannes (1804, 1880) le boulanger, et à gauche sa femme Jeanne-Marie Pédéguiraute (1812, 1873)

Sûr: en bas à gauche, Marie Jourdan-Cabannes (1857, 1946), femme d'Antoine; en bas à droite, Antoine (1844, 1912) économe de lycée. Ce sont les parents de Jean (1885, 1959), Albert et Lisette


Marie Jourdan-Cabannes (1857, 1946)

la mère de Jean le physicien (1885, 1959), Albert le juriste (c. 1887, c. 1970), et Lisette morte jeune


Antoine Cabannes (1844, 1912). Il a épousé Marie Jourdan en 1881. Il était alors économe à Bastia. Ils sont ensuite allés à Limoges.

Puis dans les années 1890, il a été nommé économe du lycée de Nice où ils sont allés vivre.

Jean et Albert ont fait de brillantes études au lycée de Nice. (Pas d'infos sur Lisette.)


ligne 15


Hypothèse 1 : Joseph (27 octobre 1835, 1916 Bernadets), frère aîné d'Antoine, boulanger.

Hypothèse 2 : Sinon, comme dit plus haut, ce serait peut-être le père de Joseph, Marie-Bernarde et Antoine: Jean Cabannes (5 janvier 1804, 2 mars 1880). Et si la photo à droite est sa femme, ce serait Jeanne-Marie Pédéguiraute (8.12.1812 à Tarbes, 19.4.1873). Mais cela voudrait dire que la photo de la femme date d'environ 1860.

Les deux hypothèses sont plausibles.


Hypothèse 1 : Marie-Rose Lamon (1831-1912), femme de Joseph le boulanger.

Hypothèse 2 : Jeanne-Marie Pédéguiraute (1812, 1873), femme de Jean Cabannes, le boulanger, et mère de Joseph, Marie-Bernarde et Antoine.

Cela voudrait dire que cette photo (15, 2) représente la même personne que celle (10, 2).

Ci-dessus, elle aurait elle aurait environ 48 ans, la photo daterait de 1860.

Sur la ligne 10 (col 2), elle aurait 60 ans, et la photo daterait d'environ 1872, un an avant sa mort.

Les deux hypothèses sont plausibles.


père d'Alexandre le physicien
mère d'Alexandre le physicien
Alexandre le physicien
femme d'Alexandre le physicien

Ces deux images représentent la même personne. Il s'agit de Laurence Chetcuti-Mermet.


Hypothèse Sûr: Joseph-David Mermet (né c. 1775 ; mort en 1858 à Marseille), militaire qui s'est battu contre Murat dans le sud de l'Italie, puis avec les Anglais au Canada contre les Américains.

Joseph-David est le père d'Alexandre-Christophe (1808, 1876), le professeur de physique à Marseille, qui connut les frères Fabry et Antoine Cabannes.

Joseph-David, qui fit une carrière militaire, est connu au Canada comme poète.

Note généalogique Mermet

Joseph-David est rentré en France du Canada en 1815, et fut amer de ne pas être reçu en héros par le régime de Louis XVIII.

Il écrivit bcp de lettres, en particulier à son fils aîné. Exemple:

enveloppe
page 1
page 2
page 3


Hypothèse Sûr: femme de Joseph-David Mermet, c'est-à-dire Laurence Chetcuti-Mermet (née en 1786 à Malte; morte à Marseille en 1869).

Justifications:
1) son costume correspond à celui d'une femme née au XVIIIe siècle, prise en photo vers 1860.
2) c'est ce que dit la première légende de la photo (55, 2): Laurence Mermet. C'est effectivement le nom de femme mariée de la maltaise Laurence Chetcuti-Mermet (1786, 1869).

La légende de la photo (55, 2) a ensuite été "corrigée" par l'ajout (avec l'écriture de Marie Fabry-Cabannes) "mère de Laurence Jourdan". C'est tout simplement faux. Du reste, la mère de Laurence Mermet-Jourdan n'était pas Laurence Chetcuti-Mermet, mais Justine Lagarde-Mermet (femme d'Alexandre Mermet, le prof de physique).

Quand vous notez qqc pour la postérité, faites attention à ce que vous écrivez, car vous pouvez avec une erreur ou négligence semer la confusion pendant un siècle.


ligne 16

Alexandre-Christophe Mermet (1808, 1876), professeur de physique à Marseille

sa femme Justine Lagarde-Mermet. Elle était de Pau, où Alexandre a débuté sa carrière (il a fait Normale Sup). Ils se sont mariés vers 1834, et ont eu trois enfants:
  • Joseph (décédé en 1923), époux de Anaïs Bourrelly. Une fille (au moins) : Marie.
  • Louise (décédée en 1922), épouse de Jacques Jamet. Deux enfants : Louise et Georges.
  • Laurence (1839, 1929) connue dans la famille comme Gran-Gran

une autre photo de Justine Lagarde-Mermet (la légende est incorrecte)

Alexandre-Christophe Mermet


Marie Jourdan-Cabannes, fille de Gran-Gran et Émile Jourdan

Gran-Gran était d'une famille de militaires et scientifiques. Jourdan faisait du commerce entre Marseille et le Moyen-Orient. On a très peu d'informations sur lui. Il est mort avant le mariage de sa fille Marie en 1881 avec Antoine Cabannes. Daniel Cabannes (1922, 2015) dit qu'il serait mort en Égypte.


ligne 17


"Isabelle, soeur de Marie", dit la légende.

Ce serait la seconde fille de Gran-Gran


Gran-Gran, c'est-à-dire Marie-Laurence née Mermet, épouse Jourdan (1839, 1929).

C'est le troisième enfant d'Alexandre et Justine. Pour en savoir plus : éléments généalogiques Mermet


la même

Elle a environ soixante ans sur cette photo. Elle daterait donc de 1900. C'est cohérent avec le vêtement.

Gran-Gran était très bigotte. Elle habitait rue Consolat à Marseille.


"Alexandre Jamet", dit la légende.

C'est le mari de la soeur de Gran-Gran.


le même

ligne 18

Jean Cabannes (1885, 1959), physicien. Ici en costume de communiant.


Jean Cabannes

les trois autres sont inconnus du webmaster


?

????

Antoine Cabannes, père de Jean (le physicien), Albert (le juriste), et Lisette (morte vers 12 ans).

ligne 19

Antoine Cabannes (1844, 1912)

le même


???
et Antoine


????

?

ligne 20

Antoine Cabannes (1844, 1912)

le même
et trois inconnus

Albert (c. 1887, c. 1970) et Jean (1885, 1959), les deux premiers enfants d'Antoine Cabannes et Marie Jourdan-Cabannes, photographiés à Limoges.

les mêmes


"Joséphine" dit la légende.

Je pense que c'est la Joséphine (1868, 1932), fille de Joseph, le frère aîné d'Antoine (le père du physicien).

Je ne pense pas que ce soit la tante Bépa, petite soeur de Marie-Bernarde. On les voit toutes les deux sur cette photo de groupe à Bernadets.


ligne 21

?


en haut à gauche, peut-être le frère boulanger d'Antoine

en bas à gauche Antoine

Cette planche montrerait les deux frères (Joseph et Antoine) et leurs filles respectives (Joséphine et Lisette)


Hypothèse 1 (la plus probable) : Joseph (27 octobre 1835, 1916 Bernadets), frère aîné d'Antoine.

Il épousa Marie-Rose Lamon (1831-1912) et devint boulanger comme son père. Il acheta le 8 juillet 1877 par folle enchère la maison du 2 rue de l'Orient (renommée, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, "avenue de la Marne") qui joint la place du Marcadieu au pont sur l'Adour, et à la route vers l'est qui conduit à Bernadets. En 1868, il eut une fille Joséphine qui vécut toute sa vie célibataire au 2 rue de l'Orient et mourut en 1932. Il a peut-être eu aussi une première fille Marie (1864-1879), mal identifiée, qui est enterrée, selon la pierre tombale, dans le caveau Cabannes à Tarbes.

Hypothèse 2 (la moins probable) : ça pourrait aussi être Jean Cabannes, le boulanger (1804, 1880). C'est ce que dit la légende hypothétique (provenant de mon oncle François qui a conservé tous les albums), mais elle n'est pas fiable.

La deuxième hypothèse laisse non résolue la question : "qui est la personne de la photo ligne 10, col 2 ?".


Antoine (1844, 1912), économe de lycée.

Il commença comme commis aux écritures de 3e classe, et monta les échelons.

Il travailla dans de nombreux lycées en France (de tête, Sens, Tours peut-être, Bordeaux, Bastia, Limoges).

Dans les années 1890, il fut enfin nommé Econome à Nice.

On trouve des infos dans les numéros du Bulletin administratif de l'instruction publique et d'autres sources.


?

ligne 22

sans doute Lisette, la soeur de Jean et Albert

On les a tous vus, sauf en haut à droite

En haut à gauche, Jean le physicien

Photo prise à Limoges, c'est Jean le fils aîné d'Antoine Cabannes et Marie Jourdan

verso de la photo précédente

ligne 23

????

???

Marie Lagardère, Jean Lagardère, Jean Cabannes, Anna Cabannes (1873, 1er décembre 1960 ), la mère de Marie et Jean Lagardère

Jean Cabannes (1885, 1959), physicien

Anna Cabannes-Lagardère

ligne 24

à vous de jouer

sans doute Albert, le frère du précédent

les deux ensemble

Marie Moitessier, soeur de Jeanne Moitessier, pour plus de détail : note généalogique Moitessier

photo manquante

ligne 25

photo manquante


Eugène Fabry,
sa femme Jeanne Moitessier,
son frère Louis Fabry,
Marie Moitessier, la femme de Louis

Eugène et Louis étaient frères
Jeanne et Marie étaient soeurs

Eugène et Jeanne eurent six enfants: Marie-Louise, Hélène, Marie, Georges, Madeleine et Albert.

Photo de groupe sur la terrasse de la villa les Pins

C'était la villa d'Eugène Fabry et Jeanne Moitessier.


Eugène Fabry (1856, 1944), fit une carrière de mathématicien et prof de fac à Montpellier, où il a épousé la fille aînée du doyen, Jeanne Moitessier.


Jeanne Moitessier (1862, c. 1933)


Louis Fabry (1862, c. 1939), il fit une carrière d'astronome à l'observatoire de Nice. Il fut veuf très vite après son mariage et ne s'en consola pas.

C'est le vieux monsieur au milieu de cette photo prise chemin de Sorba prise vers 1930 au vu de l'âge approximatif de Lisette, Daniel et Henri.


ligne 26

Louis Fabry, l'un des "cinq frères Fabry" (les cinq enfants de Charles Fabry "senior" et Marie Estrangin)


Marie Moitessier, qui épousa Louis Fabry, et mourut malheureusement peu après.

Généalogie Moitessier 1
Généalogie Moitessier 2
Généalogie Moitessier 3
Généalogie Moitessier 4
Généalogie Moitessier 5
Généalogie Moitessier 6

établie par Germaine Moitessier-Hugues le 22 mars 1936


Les légendes sont correctes (sauf "paul" qui est l'oncle Louis)

Celle sans légende, c'est sans doute Marie.


Georges Moitessier (un petit frère de mon arrière-grand-mère Jeanne Moitessier, la femme d'Eugène Fabry).

Fit une carrière de militaire.

Grand-père du navigateur solitaire.

Généalogie Moitessier


Joseph Moitessier, petit-frère de mon arrière-grand-mère Jeanne Moitessier

ligne 27

Albert Moitessier (1833, 1889), doyen de la fac de médecine de Montpellier


sa femme, Louise Peytal, morte en couche de son dernier enfant en 1873.

Les enfants d'Albert Moitessier et Louise Peytal furent donc élevés par la tante Louise, la soeur d'Albert Moitessier.

Photo de groupe en 1868 1
Photo de groupe en 1868 2

Émile, c'est Émile Isemberg, d'origine allemande, mari d'Élisa, gros importateur de bois russe, couple très aisé à Sète


Marie Moitessier

fille du doyen à gauche et de Louise Peytal


Jeanne Moitessier

fille aînée du doyen à gauche et de Louise Peytal


Georges Moitessier

fils du doyen à gauche et de Louise Peytal


ligne 28


Albert Moitessier jeune

C'était le fils aîné du facteur d'orgues, lequel était cousin germain avec le mari de "la belle Madame Moitessier"

Note généalogique (voir section en bas)


le même plus âgé


Charles Fabry "senior" (c. 1830, 1915), le père des cinq frères Fabry. Marie de Marie Estrangin, qui est une cousine (pas germaine) d'Edmond Rostand.

Habitait place de la Corderie à Marseille (près des anciens arsenaux).

Fit une carrière dans la banque. Fit de mauvaises affaires et vécut la fin de sa vie moins prospère.

Mari de Marie Estrangin.

Tableau généalogique


Eugène Fabry élève à l'école polytechnique.

Ses frères Louis et Charles y étudièrent aussi.


Auguste Fabry (1855, 1927 de mémoire).

fils aîné de Charles Fabry "senior" et de Marie Estrangin.

Fit une carrière de juriste.

Avait une belle adresse rue St-Florentin, Paris 8e.


ligne 29


Madeleine née Fabry (c. 1899, c. 1976), seconde épouse d'Albert Cabannes, le petit frère de Jean le physicien.

Madeleine était une des filles d'Eugène Fabry et Jeanne Moitessier


sans doute la même

Daniel Cabannes (1922, 2014), fils aîné de Jean Cabannes et Marie Fabry-Cabannes

Les frères Léon Moitessier et Albert Moitessier jouant aux échecs. Photo c. 1870.


Germaine Moitessier, une fille de Georges Moitessier.

Elle épousa un Hugues, et eut parmi ses enfants Michel Hugues (né vers 1929, mort vers 2020 ou avant)


ligne 30


Charles Fabry (1867, 1945), physicien.

Il prit comme assistant Jean Cabannes dans son labo à Marseille, vers 1910.

Les frères Fabry connaissaient Alexandre-Christophe Mermet qui avait peut-être eu certains comme élèves au lycée.

Mermet connaissait Antoine Cabannes.

C'est ainsi, sans doute, que Charles Fabry entra en contact avec Jean Cabannes (i.e. par le père de ce dernier)


Dans le jardin de la villa Claire (qui appartient de nos jours à Claire Tochon-Buet). Mais elle a été nommée en l'honneur de la femme de Charles Fabry, nommée Claire aussi, qui est assise à droite.

On voit assis Henri Cabannes, Ginette Fabry-Penel, sans doute Lisette Cabannes-Tochon, et Daniel Cabannes


Les deux filles de Pierre Fabry (1880, c. 1966). La grande est Marthe, née vers 1911. La petite est Ginette, née en 1919.

verso de la carte

Thérèse Moitessier-Brinon, fille de Paul Moitessier, le dernier frère de Jeanne Moitessier.

ligne 31

verso de la photo précédente

Ginette (1919, c. 1974) et son père, Pierre Fabry, le dernier des cinq frères Fabry

Pierre Fabry (1880, c. 1966)

Ginette

Marie Fabry-Cabannes

ligne 32


Marie Fabry-Cabannes (1893, 1976)

La même vers la fin de sa vie : Marie Fabry-Cabannes

photographiée dans son appartement à Sceaux vers 1972.


circa 1930, chemin de Sorba, de gauche à droite

tante Madeleine, Lisette, une femme d'un frère Fabry (sans doute), Daniel, Louis Fabry, Henri, Jean Cabannes, une autre femme d'un frère Fabry (sans doute), Marie Fabry-Cabannes (sans doute), Eugène Fabry (qui aimait toujours être de profil sur les photos)


Marie Fabry (1983, c. 1976) au 3e rang, 3e à partir de la droite

verso de la précédente


Marie Fabry debout à gauche
Hélène Fabry assise à droite
janvier 1914


ligne 33

verso de la photo précédente


À Boutonnet (Montpellier) dans la propriété d'Albert Moitessier.

On reconnaît debout à gauche, la tante Louise qui éleva les enfants de son frère Albert après la mort de Louise Peytal. "Elle n'était pas commode", disaient ceux-ci. À droite sur le banc, on reconnaît Joseph, Jeanne, et, debout derrière, Marie.

Note généalogique Moitessier


Albert Cabannes (c. 1887, c. 1970)

inconnue (de moi)

voir légende en bas à droite (banlieue de Marseille)

ligne 34

Bernadets, Marie (sans doute Lagardère), 1906

même photo




ligne 35

carte postale, Tarentaise

verso (carte adressée à Mme Antoine Cabannes)

Alpes, Pralognan

verso (carte adressée à Mme Antoine Cabannes)

carte postale

ligne 36

verso de la carte précédente




Le Col de la Vanoise

ligne 37

verso de la carte précédente, Refuge de la Vanoise, 1910


Brides-les-Bains


Chambéry

ligne 38

verso de la carte précédente



Jean Cabannes à l'École normale supérieure (où avait étudié son ancêtre Alexandre-Christophe Mermet)

idem

ligne 39

sans doute Jean Cabannes à l'ENS


ENS


ENS Jean Cabannes à gauche

Jean Cabannes était de la promo 1906


ENS

ligne 40


Jean Cabannes, 1915

Il était militaire scientifique, détectant des objets et appareils ennemis par des techniques sonores






ligne 41

Marie Jourdan-Cabannes


Jean Cabannes, le physicien, durant la Première Guerre mondiale

Il a fait sept ans sous les drapeaux, de 1914 à 1921.




Ruines de la cathédrale d'Albert, 1915

ligne 42

détail


au milieu, Albert et sa première femme Jeanne

Ils eurent un fils, Pierre, né en 1920, mort vers 1945


Marie Jourdan


Jeanne et Albert

Il s'agit d'Albert Cabannes, petit frère de Jean Cabannes, le physicien.

Jeanne et Albert avec leur fils Pierre


?

ligne 43

Jean, 1918


Louis De Brogle lit un papier, on reconnaît Jean Cabannes, à gauche du speaker, avec des lunettes

à droite, avec une barbe, sans doute Gaston Bachelard


calanque de Sormiou, et photos scientifiques

Famille d'Eugène Fabry et Jeanne Moitessier

ligne 44

Antoine Cabannes (1844, 1912) c. 1870

le même

E. Prunet

Bonnecarrère

Antoine Cabannes, c. 1895 ou 1900

ligne 45



lignée: Alexandre-Christophe, Laurence, Marie, Jean/Albert/Lisette

Alexandre-Christophe Mermet (1808, 1876), professeur de physique, est donc bien l'arrière-grand-père de Jean Cabannes, le physicien


Alexandre Jamet,

Gran-Gran avait un beau-frère nommé Jacques Jamet (c'est peut-être le même)


Louise, soeur de Laurence Mermet-Jourdan (dans ces notes le nom de jeune fille est toujours en premier)

Louise a épousé Jamet

note généalogique


ligne 46


les légendes (écrites par deux personnes) sont incohérentes

la mère de Laurence Jourdan ne s'appelait pas Laurence Mermet, mais Justine Lagarde

il s'agit de Laurence Chetcuti-Mermet

i.e. la première légende est correcte, si Laurence Chetcuti-Mermet n'est appelée que par son nom de femme de mariée


Laurence Mermet-Jourdan, dite Gran-Gran, (1839, 1929), grand-mère de Jean et Albert


Jean Cabannes, 24 avril 1886

Albert Cabannes, petit frère de Jean

Jean Cabannes (1885, 1959)

ligne 47

Albert Cabannes (c. 1887, c. 1970)


mariage de Madeleine Fabry et Albert Cabannes (qui était veuf de sa première femme), chez Jean et Marie, rue Pierre-Curie, Paris 6e, circa 1948

de gauche à droite autour de la table:
Madeleine Fabry, la mariée
Albert Cabannes, le marié
Marie Fabry (1893, 1976)
Henri Fabry (fils d'Auguste)
Lucie Kuenzi (femme d'Albert Fabry)
Ginette (fille de Pierre Fabry)
sans doute Georges Fabry (Albert Fabry prendrait la photo)
Jean Cabannes (1885, 1959)
la femme de Georges Fabry
Daniel Cabannes (fils aîné de Jean & Marie)
Marie-Mad (femme ou fiancée de Daniel)


?

ligne 48

Le Caire, 1935

Le Caire, 1935

Athènes


Montpellier

André Moitessier est un fils de Georges

 


ligne 49



On reconnaît à droite Pierre Fabry, et Eugène (de profil)

à gauche on voit deux filles d'Eugène: Hélène et Madeleine


à gauche Eugène Fabry, derrière lui, sa fille Madeleine

La Fauconnière derrière la Pointe, baie des Lecques

ligne 50

La Madrague, baie des Lecques


Le port des Lecques quand il n'y avait qu'une seule jetée perpendiculaire à la terre.

La maison du milieu est "le Mirador"


Charles Fabry

devant la villa Les Pins (remplacée par "le palais des glaces") et la villa les Lauriers-Roses (qui existe toujours)

idem

ligne 51

?

? (peut-être Albert Fabry à gauche)

peut-être port d'Alon

idem


groupe devant les Pins

premer rang de gauche à droite: Hélène, son oncle Auguste Fabry, Albert, ma grand-mère Marie

accoudée, peut-être Germaine Fabry

le bras pendant : ?

derrière : Henri Fabry (fils d'Auguste) femme d'Auguste (Marie de Cherrier), Madeleine Fabry, ?, Jeanne Moitessier, George Fabry, Eugène (de profil)

circa 1922


ligne 52

Marie Fabry-Cabannes

?

?


en bas, Lisette Cabannes-Tochon

en haut, peut-être Marie Fabry-Cabannes


Canada

ligne 53

Canada



la légende est correcte

l'écriture est celle de Marie Fabry-Cabannes (1893, 1976)

Elle a rajouté des légendes aux photos dans les albums provenant de la famille de son mari. Les Cabannes et surtout les Mermet avaient la fâcheuse habitude de ne pas mettre de légende aux photos -- car évidemment ils savaient qui était qui. Mais par exemple, allez savoir qui est qui sur cette photo du baptême de François en 1928.

Marie n'a pas toujours eu la plume heureuse avec ses légendes. On imagine que son mari (ci-dessous) considérait ces questions sans intérêt, au milieu de ses cornues dans son laboratoire.


peut-être Joseph, le grand frère d'Antoine, ou alors leur père Jean le boulanger.

ligne 54

Noter que la légende "Laurence Mermet" est cohérente avec l'hypothèse qu'il s'agit de Laurence Chetcuti-Mermet, femme de Joseph-David Mermet.

En revanche, cette Laurence Chetcuti-Mermet n'était pas la mère de Laurence Mermet-Jourdan.

La seule autre personne, dans la famille, qu'on peut appeler Laurence Mermet (si on utilise son nom de jeune fille) est Gran-Gran (photo à droite). Et la photo ci-dessus n'est clairement pas elle.

La deuxième légende, de l'écriture de Marie Fabry-Cabannes, est donc non seulement erronée mais impossible.

Écriture de Marie Fabry-Cabannes:
page 1
page 2

La légende est correcte (y compris celle rajoutée par Marie Fabry-Cabannes).

Il s'agit de Laurence Mermet-Jourdan (1839, 1929), alias Gran-Gran.

Gran-Gran est
- fille d'Alexandre et Justine
- petite-fille de Joseph-David et Laurence (Chetcuti)

- femme d'Émile Jourdan (une femme de la classe militaire/scientifique épousant un commerçant (!) ça évoque une châtelaine épousant un riche roturier -- du reste Jourdan disparaîtra vite du dessin)

- mère de Marie Jourdan-Cabannes (elle-même femme d'Antoine)
- grand-mère de Jean, Albert et Lisette
- arrière-grand-mère de Daniel, Henri, Lisette et François.

Jean Cabannes, le physicien, en 1915. Il a trente ans sur cette photo.

Il s'est marié avec Marie Fabry, fille d'Eugène Fabry et Jeanne Moitessier, en 1921. Elle avait alors 28 ans.

Photo quand ils étaient fiancés, ou jeunes mariés, à Mazargues en 1921.



ligne 55



ce n'est pas Laurence Mermet-Jourdan

L'hypothèse la plus plausible, compte-tenu des élémentes dont on dispose (noms, dates, emplacements sur les albums) est que c'est Justine Lagarde-Mermet, femme d'Alexandre, le prof de physique, et mère de Laurence Mermet-Jourdan, aka Gran Gran.


légende incorrecte

Sans doute la même personne qu'à gauche.

Il s'agit donc aussi de la bru de Laurence née Chetcuti épouse de Joseph-David Mermet. (colonne 5)



ligne 56




verso de la carte montrant le col de la Vanoise (ligne 2, colonne 5)

Page établie par A. C.