HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE OCCIDENTALE, par Bertrand Russell, © 1946

 

I.1.8 : ANAXAGORE

Le philosophe Anaxagore (-500, -428), bien que n'étant pas l'égal de Pythagore, Héraclite ou Parménide, a néanmoins une importance historique considérable. C'était un Ionien, et il poursuivit la tradition scientifique et rationaliste de l'Ionie. C'est le premier philosophe à avoir introduit la philosophie auprès des Athéniens, et le premier à suggérer que l'esprit est la première cause des changements physiques.


Socrate venant chercher Alcibiade chez Aspasie, Jean-Léon Gérôme, 1861.

Il est né à Clazomènes, en Ionie, vers l'an -500, mais il passa trente années de sa vie à Athènes, approximativement de -462 à -432. Il fut probablement invité à venir à Athènes par Périclès, qui souhaitait civiliser ses concitoyens. Peut-être qu'Aspasie, une hétaïre érudite qui tenait une maison close à Athènes, et qui venait de Milet, l'a présenté à Périclès. Platon, dans le Phédon, dit :

Périclès "fut séduit semble-t-il par Anaxagore, qui avait une pensée scientifique ; et s'étant satisfait avec les hautes théories des choses, et ayant atteint une connaissance de la vraie nature de l'intellect et de la folie, ce qui était ce sur quoi portaient principalement les discours d'Anaxagore, il tira de cette source tout ce qui était de nature à améliorer encore son art oratoire."

On disait qu'Anaxagore influença aussi Euripide, mais cela semble douteux.

Les citoyens d'Athènes, comme ceux d'autres villes en d'autres temps sur d'autres continents, montraient une certaine réticence vis-à-vis de ceux qui cherchaient à les faire accéder à un niveau supérieur de culture que celui auquel ils étaient habitués. Quand Périclès atteignit un grand âge, ses opposants lancèrent une campagne contre lui en attaquant ses amis. Ils accusèrent Phidias d'avoir détourné une partie de l'or destiné aux statues commandées par l'Etat. Ils passèrent une loi permettant d'empêcher d'exercer ceux qui ne pratiquaient pas la religion et enseignaient des théorie "des choses élevées". A l'aide de cette loi, ils poursuivirent Anaxagore, qui fut accusé d'enseigner que le soleil était une pierre chauffée à blanc et que la lune était faite de terre. (La même accusation fut portée contre Socrate, qui se moqua d'eux en disant que leurs critiques dataient.) Ce qui se passa exactement est mal connu, sauf qu'il dut quitter Athènes. Il est vraisemblable que Périclès le fit sortir de prison, et arrangea sa fuite. Il retourna en Ionie où il fonda une école. Pour se conformer à sa demande dans son testament, l'anniversaire de sa mort était un jour où les enfants n'avaient pas école.

Anaxagore maintenait que tout est infiniment divisible, et que même la plus petite portion de matière contient chacun des éléments. Les choses apparaissent être simplement ce dont elle sont principalement faites. Ainsi, par exemple, tout ce qui contient du feu, nous l'appelons feu, si c'est son composant principal. Comme Empédocle, il disait que le vide n'existe pas ; la clepsydre ou une peau de bête gonflée montrent qu'il y a de l'air là où semble n'y avoir que du vide.

Il se distinguait de ses prédécesseurs en ce qu'il considérait l'esprit (nous) comme une substance entrant dans la composition de chaque chose vivante ; et cela les différenciait de la matière inerte. En toute chose, disait-il, il y a une portion de tout sauf de l'esprit, mais certaines choses contiennent aussi de l'esprit. L'esprit a du pouvoir sur toutes les choses qui contiennent de la vie ; c'est infini et auto-régulé, et mélangé à rien d'autre. Sauf concerant l'esprit, toute chose, aussi petite soit-elle, contient des portions de tous les opposés, comme chaud et froid, blanc et noir. Il maintenait que la neige est noire (en partie).

L'esprit est la cause de tout mouvement. Il cause la rotation, qui se répand graduellement dans l'ensemble de l'espace. En conséquence du mouvement, les choses les plus légères vont vers la circonférence, tandis que les plus lourdes tombent vers le centre. L'esprit est uniforme, et il est aussi performant chez les animaux que chez l'homme. L'apparente supériorité de l'homme vient du fait qu'il a des mains ; toutes les différences apparentes dans l'intelligence sont en réalité des différences corporelles.

Aristote autant que le Socrate de Platon [R. et les autres philosophes historiens distinguent le réel Socrate et le Socrate de Platon, c'est-à-dire celui que fait revivre Platon dans ses dialogues, et qui est sans doute parfois davantage une création littéraire qu'un reflet véridique du personnage réel] se plaignent qu'Anaxagore, après avoir introduit l'esprit, l'utilise si peu.

Aristote souligne qu'Anaxagore introduit l'esprit comme cause simplement quand il n'en connaît pas d'autres. Chaque fois qu'il peut, Anaxagore donne une explication mécanique. Il rejetait l'idée que le hasard et la nécessité fussent à l'origine des choses ; néanmoins, il n'y a pas de "Providence" dans sa cosmologie.

Il ne semble pas avoir consacré beaucoup de réflexion à l'éthique ou à la religion ; il était probablement athéiste, comme ses procureurs l'en accusèrent. Tous ses prédécesseurs l'influencèrent à l'exception de Pythagore. L'influence de Parménide fut égale, dans son cas, à celle d'Empédocle [lui-même influencé par Héraclite].

En science il a de grands mérites. Il est le premier à avoir expliqué que la lune brille en réfléchissant de la lumière venue d'ailleurs, bien qu'il y ait un fragment cryptique dans Parménide suggérant que ce dernier le savait aussi. Anaxagore donna une théorie correcte des éclipses, et il savait que la lune était plus proche de nous que le soleil. Le soleil et les étoiles, expliquait-il, sont de la matière en feu, mais nous ne ressentons pas la chaleur des étoiles car elles sont trop éloignées. Le soleil est plus grand que le Péloponnèse. La lune a des montagnes, et aussi (pensait-il) des habitants.

On a dit qu'Anaxagore était de l'école d'Anaximène ; certainement il maintint en vie la tradition rationaliste et scientifique des Ioniens. On ne trouve pas chez lui les préoccupations éthiques et religieuses qui, passant des Pythagoriciens à Socrate, puis de Socrate à Platon, apporta un biais obscurantiste dans la philosophie grecque. Il n'est pas tout à fait au premier rang, mais il est important car il est le premier à avoir introduit la philosophie à Athènes, et il est l'une des sources d'influence de Socrate.